Créer un site gratuitement Close

Le Circuit


Le circuit actuel, cliquez ici pour faire un tour de circuit, à bord de la peugeot 908.

 

 

 

Mais le circuit des 24 heures du mans a connu de nombreuses modifications dans son tracé. Voici ici rassemblées ses principales évolutions. Le circuit des 24 Heures du Mans en est aujourd’hui à sa 14e configuration. 

Circuit des 24 Heures du Mans N°1 – 17,162 km
1923 – 1928

Lors du premier Grand prix de l’Automobile Club de France en 1906, le circuit proposé passait par le triangle Le Mans-Saint-Calais-La Ferté-Bernard. Mais au lendemain de la première guerre mondiale, l’ACO a présenté un nouveau tracé avec cette fois-ci la fameuse épingle de Pontlieue.

C’est avec cette épingle, et une configuration donc différente de 1906, que commençait l’histoire du circuit des 24 Heures du Mans. Le circuit utilise en fait le tracé du Grand Prix de l’automobile de France de 1921.

Circuit des 24 Heures du Mans N°2 – 16,340 km
1929 – 1931

La sécurité était déjà à l’époque une préoccupation de l’ACO, qui dès 1928 décidait de raccourcir la pointe Ouest du tracé tout en conservant le dessin initial (route de Tours et retour par Mulsanne et Arnage). A charge pour l’ACO d’éxécuter et financer les travaux. Une petite route de raccordement reliant directement la route de Laigné-en-Belin à celle de Tours est trouve et put être utilisée. Cette bretelle fut bien entendu baptisée immédiatement « Rue du Circuit ».

Circuit des 24 Heures du Mans N°3 – 13,492 km
1932 – 1955

La pointe Ouest du circuit va encore être modifiée, suite à l’expansion de la banlieue Mancelle. L’achat d’un terrain privé allant approximativement du Welcome actuel au raccordement avec la route nationale Le Mans-Tours permit la création d’une voie privée.

Cette nouvelle voie, volontairement sinueuse, accouchera de la partie que nous connaissons désormais comme les « S » du tertre. Cette portion était à l’époque longue de 1505 mètres.

Circuit des 24 Heures du Mans N°4 – 13,461 km
1956 – 1967

A la suite de l’accident de 1955 une refonte complète de toute la zone des stands s’imposait. Une augmentation de la largeur de la piste, le développement de zones de décélération entrainaient une modification du rayon de la courbe Dunlop. Ces modifications entrainaient alors une très légère réduction de 31 mètres de la longueur du circuit des 24 Heures du Mans.

De plus pour ne pas distraire les pilotes au passage devant les stands, la signalisation (panneautage) est installée au sortir du virage de Mulsanne où la vitesse des voitures est la plus lente (la communication se faisait par téléphone entre les stands et le panneauteur situé à Mulsanne, d’où les poteaux téléphoniques de certains clichés historiques).

Circuit des 24 Heures du Mans N°5 – 13,469 km
1968 – 1971

C’est la création du virage Ford, premier virage ralentisseur situé en amont de la voie des stands. Cette création est la conséquence directe de l’affrontement Ford-Ferrari, ou les vitesses atteintes poussent l’ACO a développer une meilleure sécurité au niveau des stands, des gradins et des grandes tribunes.

Autre modification, au sortir de Maison-Blanche, la piste était légèrement déviée sur la droite.

Circuit des 24 Heures du Mans N°6 – 13,640 km
1972 – 1978

Un plan de rénovation appuyé par les communautés locales et visant à l’autonomie complète du circuit et de ses installations, aboutissait dans un premier temps à un remodelage complet de toute la zone allant du virage d’Arnage aux tribunes. Le CD 139 était aménagé sur 1300 mètres après quoi, abandonnant l’ancienne route de Maison-Blanche, un nouveau tracé, long de 3000 mètres, aboutissait à un second virage ralentisseur situé en avant du virage Ford.

Circuit des 24 Heures du Mans N°7 – 13,626 km
1979 – 1985

La mise en service de la nouvelle rocade Sud-Est du Mans assurant la liaison entre l’autoroute Paris-Rennes et la route Le Mans-Angers-Nantes obligea l’ACO a modifier le dessin du virage du Tertre Rouge.

Dans l’ancien tracé, le virage du Tertre Rouge forme un coude à 90°. Le nouveau Tertre Rouge s’apparente plus à une courbe serrée d’un rayon de 50m .

A cette occasion, une zone publique est aménagée à l’intérieur du virage. De même, l’ancienne passerelle est remplacée par un passage souterrain.

Circuit des 24 Heures du Mans N°8 – 13,528 km
1986

Le carrefour de la RN 138 et du CD 140 (plus connus sous le nom de virage de Mulsanne) constituait un point noir pour l’état… Ce carrefour devient ainsi un giratoire en 4 branches.


Le virage en lui même n’est ainsi plus utilisable, une nouvelle bretelle longue de 230 m et décalant le virage vers le golf (vers l’intérieur du circuit), constitue pour les besoins de la course, un nouveau tracé.

Circuit des 24 Heures du Mans N°9 – 13,535 km
1987 – 1989

A la demande de la Fédération Internationale Moto, un ralentisseur en forme de S remplace la courbe Dunlop, en prévision du Grand Prix de France moto. Cet aménagement permet de diminuer la vitesse à cet endroit d’environ 100km/h (160 km/h de vitesse de passage au lieu de 260 km/h précédemment). Le nouveau tracé sera emprunté pour les 24 Heures du Mans 1987, comme d’ailleurs pour toutes les autres épreuves se disputant sur les circuits du Mans.

Circuit des 24 Heures du Mans N°10 – 13,600 km
1990 – 1996

C’est la fin de la ligne droite des Hunaudières, ou Mulsanne straight pour les Anglais. A la demande expresse de la F.I.S.A. deux ralentisseurs (respectivement les « Chicane Toyota » et chicane « Carte S ») sont construits dans les Hunaudières afin de réduire la vitesse de pointe des voitures. Cette nouvelle configuration transforme le défi proposé par Le Mans, les contraintes imposées au plan freinage et changements de vitesse sont revues. Dès le mois de Juillet 1990 l’A.C.O. procède à une refonte totale des infrastructures avec la réalisation d’un ensemble module sportif et stands de ravitaillements (au nombre de 48), plaçant les circuits du Mans au 1er plan des réalisations de ce type. Si la longueur du circuit n’est en rien modifiée, la largeur de la ligne de départ est portée à 12 m séparée de la voie des stands de 15 m de large par un couloir d’une largeur de 3 m réservé au panneautage. Le panneautage ne fera ainsi plus de Mulsanne.

Circuit des 24 Heures du Mans N°11 – 13,605 km
1997 – 2001

De grandes zones de dégagement apparaissent au Dunlop, la longueur du tracé progresse de 5 mètres… Sous certains angles, le virage donne aujourd’hui encore l’impression d’un océan de graviers. Durant l’hiver 2000/2001 on procède à l’écrêtement de la bosse de Mulsanne, en prenant comme prétexte les envolées de la mercedes clr au mans 1999.

Circuit des 24 Heures du Mans N°12 – 13,650 km
2002 – 2005

Comme pour le circuit N°9, conformément aux souhaits des fédérations motocyclistes, c’est une modification du tracé du circuit Bugatti, à hauteur du virage de la Chapelle qui est à l’origine de cette 12ème évolution. L’approche du virage de la Chapelle correspondant à une portion commune avec le tracé du circuit de la Sarthe, la ligne droite en descente après le passage sous la passerelle Dunlop et l’entrée des esses du Tertre Rouge se voient ainsi transformée en un gauche/droite rapide offrant un nouveau champ de vision appréciable pour le public. A noter que ces travaux ont entrainé la disparition de la chapelle qui donna son nom à ce virage et où fut célébrée pendant longtemps la messe du dimanche matin de la course.

Circuit des 24 Heures du Mans N°13 – 13,650 km
2006

Phase de travaux colossaux au cours de l’hiver 2005/2006 initiés par la nécessité de moderniser le village du circuit, d’agrandir le parc concurrents, de réaménager le souterrain nord pour une meilleure circulation des piétons et véhicules et d’accroitre la sécurité dans la phase d’approche et de passage dans la chicane Dunlop. Le rayon de la courbe Dunlop a été resserré afin d’accroitre les dégagements et la vitesse de franchissement de la chicane a été freinée par un angle de passage nettement plus prononcé. Cette modification intervient en grande partie pour la sécurit des moto, pouvant atteindre les 300km/h dans cette zone. La longueur totale du circuit des 24 Heures du Mans est restée à 13,650 km (idem pour le Circuit Bugatti : 4,180km).

Circuit des 24 Heures du Mans N°14 – 13,629 km
2007 – aujourd’hui

Nouvelle configuration au « Tertre Rouge » offrant plus de dégagement à l’extérieur du virage et aménagement de la zone publique à l’intérieur de ce virage (accès handicapés notamment). 5 nouveaux stands sont construits portant le total à 55. On retrouve ainsi le nombre de stands qui était en vigueur de 1956 à 1990 avant la construction du nouveau module sportif.

 

 

PAGE SUIVANTE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site